Membres: 7097 - 1 connectés
Portraits: 2186 - 12 en attente
Login: Pass:
(S'enregistrer . Validation . Oubli)
Participez à la vie du site en vous inscrivant gratuitement !
Visiteurs: 8402895
Aujourd'hui: 4256
Dernier article : Calendrier Valien
Votre journal : Ecrivez-le maintenant !
Joueurs: 9
MJ: 7
Places disponibles: 15

Archives des gazettes

7ème : Au même moment sur Lidas ...

(Posté le 18/09/2013 à 10:52)
Année la : 692ème
Saison dite : du Commerce
Cycle le : 8ème dit d’Anagantin
Décade la : 7ème


Alors que le soir tombe sur la cité marchande, dans une pièce close se tient un groupe d'hommes, tous vêtus de maille et de plates, assis autour d'une table.

Les chandelles brûlent d'une lueur incertaine, éclairant de leur clarté vacillante les visages graves des paladins. Le silence est de rigueur pendant qu'un des membres de l'Ordre consulte un parchemin qu'il déroule au fur et à mesure sur la table. Son visage s'assombrit de minute en minute alors qu'il prend connaissance des écrits. Puis, au bout d'un court moment, d'une voix blanche, il annonce à ses compagnons :


Le nombre de morts dans nos rangs, qu'ils aient été victimes de la maladie ou de ces malfaisants Hygoumènes, est beaucoup plus important que ce à quoi nous nous attendions. C'est une catastrophe, si nous ne réagissons pas très vite, je crains que cet évènement ne signe la fin du Coeur Radieux, car oui, ne vous y trompez pas, c'est ce qui se passe.
Si le Haut Commandeur Kiihkeä Norgaard n'avait pas laissé s'implanter cette secte et avait mis un terme tout de suite à tout ça, nous n'en serions pas là.
Il va falloir que nous commencions à recruter de nouveaux membres, il suffirait d'attiser un peu le coeur de nos compatriotes, leur faire miroiter qu'en rentrant dans l’Ordre, ils pourraient faire payer leurs crimes aux Hygoumènes. Une bonne partie de la population a perdu un parent, un frère, une sœur, dans leurs exactions. Je dépêche quelques frères aux portes de la ville pour voir s'ils trouvent de nouvelles recrues au coeur pur et à la foi solide!


L'assemblée donnant son assentiment, une fois le dernier membre sorti, un oeilleton caché dans une des tapisseries de la pièce se referme, l'homme derrière souriant d’un air satisfait.

6ème : Au même moment sur Lidas ...

(Posté le 13/09/2011 à 10:03)
Année la :
692ème

Saison dite :
du Commerce

Cycle le :
8ème dit d'Anagantio

Décade la :
6ème


"
Malgré la lumière du soleil de midi, la petite pièce restait inlassablement sombre. L'enfant tenait la main du dernier de ses parents, son père mourant. A côté de lui un prêtre condamné à  aider les rares survivants des docks l'épaulait, épongeant la fièvre brûlante avec d'inutiles compresses imbibées d'eaux souillée. L'enfant qui portait le doux nom d'Agon soufflait à  son père de tenir bon, de ne pas l'abandonner. Mais l'homme bien trop souffrant ne percevant qu'un brouillard indistinct de mots sans signification.

La lumière se fit plus rare encore, perçant difficilement les toiles vieillies et usées qui pendaient devant les fenêtres. Au dehors le ciel s'obscuricissait, les vagues qui n'étaient que de légers soulèvement s'écumèrent à  leurs sommets de blanc. Les bâteaux tanguaient et les derniers pêcheurs s'empressèrent d'arrimer fortement leurs embarcations avant la tempête. Mais la mer se secouait encore, de plus en plus fort, en l'espace de quelques instants.

Certains complètement dépassés hurlèrent sur leurs cordages pendant que d'autres venaient les aider. La population des docks s'était rapproché, désormais ils étaient tous unis sous la même bannière de souffrance. Le prêtre dans la petite pièce attendait péniblement la mort inévitable de son malade, encore un. Sa foi ébranlée, il n'osait annoncer à  ce petit Agon qu'il rejoindrait bientôt ses parents.

Puis déchirant le ciel et creusant les nuages noirs, un rayon gigantesque éclaira les environs de Valmarchand. Les pêcheurs stupéfaits stopèrent leur manège et fixèrent le ciel persuadés qu'un nouveau malheur s'abattait sur eux. Une femme se mit à  crier en implorant les dieux, attirant l'attention du prêtre. Il ne remarqua pas que les plaques sur le bras d'Agon diminuaient à  vue d'oeil. Une puissante onde enveloppa la ville.

Les yeux du prêtre, incrédule, agrippèrent l'enfant, ne s'en détachait plus. Le mal était vaincu, Valmarchand lavé de l'épidémie. Mais a quel prix ? La ville était désormais brisée. L'enfant plein d'espoir, s'approcha de son père, secoua ses épaules pour qu'il se réveille. En vain, le souffle avait déjà  quitté son corps.

Agon pleurait.


"

5ème : Au même moment, sur Lidas ...

(Posté le 27/08/2011 à 19:17)
Année la :
692ème

Saison dite :
du Commerce

Cycle le :
8ème dit d'Anagantio

Décade la :
5ème


"

Dans un bureau glacé par de brillants meubles laqués, les deux dirigeants se toisaient avec beacoup d'intérêt. Le récent massacre des dockers étaient dans tous les esprits, et Radelsan, le maitre de la guilde des marchands ne pouvaient ne pas réagir. Il parlait d'une voix neutre, analytique :


J'ai apprécié la réaction de vos hommes Commandeur. Il faut désormais prendre les mesures qui s'imposent et trouver une parade efficace à  cette épidémie qui empoisonne nos concitoyens et nos commerces. Valmarchand ne survivrait pas à  une quarantaine prolongé.


L'homme fit glisser entre ses doigts le verre baigné d'une boisson licoreuse. C'était un moyen pour lui de refléchir, il contemplait le visage déformer du commandeur au travers des reflets changeants du liquide.


Ils faut de la réactivité, il faut isoler, résoudre et nettoyer les zones atteintes plus rapidement. Pour ça ils vous faut plus d'hommes, des hommes détachés intégralement à  cette tâche, je vais tâcher de vous trouver ces personnes. Peu de marchands profitent de cette situation, je pourrais trouver de multiples appuis parmi eux. Je vais vous trouver vos hommes !!


L'alcool doux picotait fébrilement les parois de son oesophage. Il fit tourner son siège pour contempler les tableaux de ses prédéssesseurs. Il était à  la tête de la guilde depuis bien longtemps mais cette épidémie était de loin la pire crise qu'il eut à  traverser. Il continua son argumentation :

Certains dirigeants sont déboussolés par les évènements, et je les comprends mais ils perdent de leur lucidité. Il nous faut les remplacer, c'est à  nous de prendre les rènes de la cité. Je vous proposerais au poste de conseiller lorsque nous aurons calmé la situation. Vous pourrez dorénavent compter sur mon total soutien.


Radelsan se leva alors pour conduire son invité hors de ses quartiers. Il s'inclina respectueusement devant ce qu'il estimait être le plus dévoué Commandeur de la cité. Salut qui lui fut rendu par son hôte :


Je vous remercie Maître,
dit-elle humblement.

Les Reportages Exceptionnels d'Alvicius Méagal (7)

(Posté le 22/08/2011 à 08:57)
Sujet du jour : Ce n'est plus une terre pour les vieux hommes...

Mes chers lecteurs, Pélor m'est témoin que j'aimerais être porteur de bonnes nouvelles. Mais vous le savez depuis longtemps maintenant : mon objectivité et ma sincérité n'ont d'égales que mon incommensurable talent. Ainsi je ne vous donnerai pas de faux espoir : depuis mon dernier article, rien n'a changé à Valmarchand. L'épidémie continue à faire des ravages, sans qu'aucun signe de nos dirigeants ne nous soit parvenu. Aucun signe ou presque.
En effet, contrairement au Conseil des Archons ou au Vieux Fou, le Conseil Marchand a fini par réagir face à la vague de malades qui nous submerge, il faut le reconnaître. En créant un ordre de soldats ayant pour but d'enrayer la pandémie par tous les moyens, il a montré à la population valienne qu'il prenait cette menace très à coeur. Il aurait mieux faire de s'abstenir cependant...

Les Hygoumènes. Tel est le nom de cette escouade de mercenaires chargée de nous "sauver". Vous avez déjà certainement aperçu leur dirigeante, rôdant dans nos quartiers et dans nos rues, prêchant la bonne parole escortée par sa phalange d'hommes de main. Mais ne vous laissez pas abuser par ses charmes et sa prestance! Sous couvert de vouloir sauver Valmarchand, cette scélérate est en train de plonger notre belle cité dans le chaos le plus total. Et la phalange qui l'entoure est pleine de doigts visqueux et immondes.
En effet, au cas où vous ne le sauriez pas encore chers lecteurs, les bûchers organisés par les Hygoumènes aux quatre coins de la ville ne servent pas seulement à brûler les cadavres victimes de la maladie. Non, des personnes bien vivantes sont également jetées dans les flammes! Vos proches peut-être, vos amis, qui soupçonnés d'être malades ou ayant eu le malheur de tousser ne serait-ce qu'une fois, subissent le jugement soi-disant divin des Hygoumènes. A cause de ces hommes et femmes à moitié fous, Valmarchand est en passe de devenir une gigantesque nécropole. Quartiers en quarantaine et couvre-feux. Visages hagards et air nauséabond. Notre belle cité n'est plus que l'ombre d'elle-même. Ce n'est plus une terre pour les vieux hommes.

Heureusement, il y a encore un espoir. Tandis que nos valeureux prêtres s'activent pour guérir les malades et trouver un remède à l'épidémie, nos fiers soldats de la garnison et nos vaillants paladins du Coeur Radieux se sont levés contre les Hygoumènes. Mais tout cela sera-t-il suffisant? J'aimerais vous répondre oui, mais ce que j'ai pu voir au cours de mes pérégrinations dans Valmarchand ne m'a guère rassuré...
Déambulant dans les quartiers de la ville, bravant l'épidémie au péril de ma vie à” combien précieuse, j'ai passé la matinée à chercher la trace du paladin d'Héronéus considéré depuis peu comme un héros. L'homme dont je vous parle, au cas où vous ne le sauriez pas encore, a vaincu à lui seul un démon de feu lancé par les Hygoumènes sur le Coeur Radieux! Dès lors, je voyais en lui l'Elu des Dieux qui ramènerait paix et prospérité à Valmarchand. Grave erreur! J'ai suivi ce soi-disant héros pendant toute une demi-journée, m'attendant à le voir lever une armée contre l'oppresseur, ou parcourir les rues sur un grand cheval blanc en quête d'ennemis à décimer. Au lieu de cela, le mécréant a préféré passer le temps à lire des livres à la bibliothèque en compagnie d'une charmante créature aux cheveux de jais! Dire que je fondais en lui mes plus profonds espoirs...

Profondément déçu par ce preux combattant ayant choisi de se reposer sur ses lauriers plutôt que de protéger ses semblables, je décidais alors de faire un tour au temple le plus proche en quête de réconfort. Voir nos clercs à l'oeuvre, prodiguant les soins aux malades et faisant tout leur possible pour combattre l'épidémie, quel plus beau spectacle pouvais-je espérer pour me remonter le moral?
Là encore, ma désillusion fut grande. En entrant dans le temple de Boccob, j'eus tout juste le temps d'apercevoir la prêtresse en fonction s'enfermer dans une pièce. Tout en me rapprochant pour mieux prêter l'oreille, je me rendis compte alors qu'elle se trouvait en compagnie d'un homme à qui elle demandait de se dévêtir!!! Bien entendu, la décence m'obligea à quitter les lieux avant leurs ébats. Mais je n'en demeure pas moins aujourd'hui choqué par cette scène. Car si l'amour entre deux êtres est la plus belle des choses sur cette terre à mon sens, je ne peux m'empêcher de penser que les prêtres, censés représenter la voie de la sagesse et des Dieux, devraient en toute occasion faire passer leur devoir avant leur propre plaisir. Surtout en ces jours sombres, où des centaines de malades comptent sur eux.

Cependant, à ces deux individus pris en faute, je ne jetterai pas la pierre. Nous avons tous nos moments d'égarement. Nul n'est parfait, pas même les héros et les messagers des Dieux. Mais je prie Pélor pour qu'ils retrouvent très vite leur détermination et leur combativité. Les victimes de l'épidémie ont besoin d'eux. Les victimes des Hygoumènes ont besoin d'eux. Nous avons besoin d'eux.

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

Le retour de la Gazette

(Posté le 22/08/2011 à 08:56)
Non, la Gazette de Lidas n'est pas morte! Et votre serviteur de toujours est de retour pour vous conter les faits marquants de Valmarchand et d'ailleurs. Mais avant toute chose, je me dois de vous expliquer, chers lecteurs, au nom de tous mes confrères rédacteurs_moins brillants que moi, bien sûr, mais tout aussi respectables_pourquoi la parution de votre gazette adorée s'est brusquement arrêtée, du jour au lendemain, pour ne reprendre qu'aujourd'hui.

Contrairement à ce que les rumeurs prétendent, il ne s'agit pas d'une cessation volontaire de nos activités dans le but d'obtenir un carrosse de fonction, comme cela avait été le cas lors du Cycle d'Eostre dernier (cessation d'activités qui n'avait abouti à rien, je tiens à le rappeler à notre aimable employeur). Il ne s'agit pas non plus d'un nouveau tour de ce gnome de la guilde d'Arnad, qui avait transformé tous nos parchemins en pattes de grenouilles.

Non, si la Gazette de Lidas a soudainement disparue de vos foyers, c'est bien évidemment à cause de la terrible épidémie qui ravage en ce moment Valmarchand, et dont nous vous avions déjà parlé dans notre précédent numéro. Les copistes en charge de la reproduction de nos articles et vivant dans la cité ont été gravement touchés par la pandémie. Et nous voici aujourd'hui contraints, nous les reporters, de retranscrire nous-même nos écrits, sans la moindre petite revalorisation de salaire! Les temps sont durs, chers lecteurs, les temps sont durs. Et nous attendons tous des jours meilleurs. Mais soyez sûrs que l'amour de notre métier, et l'honneur de pouvoir informer quotidiennement les citoyens valiens des nouvelles du monde, nous pousseront à continuer encore et toujours à écrire pour vous. Vous qui n'avez jamais cessé de placer en nos articles la plus grande confiance et le plus grand intérêt.

Je vous donne donc personnellement rendez-vous en dernière page de ce présent numéro pour un nouveau reportage exceptionnel. J'espère que vous l'apprécierez.

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

4ème : Au même moment sur Lidas ...

(Posté le 16/08/2011 à 16:07)
Année la :
692ème

Saison dite :
du Commerce

Cycle le :
8ème dit d'Anagantio

Décade la :
4ème


"

Un grondement sourd avance en direction du groupe de gardes solidement campés devant une barricade. Les hommes se tiennent prêt et déjà  on envoie un coursier quérir des renforts. Le sol vibre assaillit par des centaines d'hommes et de femmes appeurés. La rue est déserte, les rares habitants encore en vie dans le quartier se cloisonnent, les volets claquent dans un concert sinistre. Au loin les premières têtes se dessinent sur le bleu éclatant de la mer. Perçant à  leur côté, les pointes fourchues d'armes de fortune aiguisent la peur des soldats.

A mesure que le cortège avance, la tension des hommes du coeur augmente. Ils sont des dixaines, non des centaines, les docks se sont vidés pour percer les barrages, pour retrouver leur dignité et leur liberté. Mais les hommes du coeur ne font qu'obéir, ils ne peuvent se dresser fassent à  ses gens du peuple malhabile au combat. Dans ce qui semble n'être qu'une voix, la populasse cri sa peine, revendique son droit d'exister, ils ne sont plus qu'à  quelques pas des palissades.

Une femme s'avance, un enfant dans les bras et elle implore la garde d'ouvrir leurs coeurs et leurs portes. Mais les ordres sont strict, plus rigide qu'une armure. Les soldats sont entrainés à  obéir mais comment réagir lorsque les ordres vont à  l'encontre de ceux qu'ils sont sensés servir. La masse informe s'agite devant l'immobilité des hommes de loi. La terre se met à  trembler à  nouveau, la population qui a fait vivre cette cité durant des générations ne peut accepter d'être ainsi jeter en pature. Elle frappe le sol de ses longs manches de bois, elle martèle les pavés de bottes, sandales et pieds nus.

Derrière le mur qui protège le reste de la cité de ce peuple enragé, les renforts arrivent. Mais il ne s'agit pas du Coeur Radieux, celui ci semble avoir abandonné la lutte. Ses hommes en armures lourdes portent l'emblème fraichement imprimé des Hygoumènes. Les haches doubles répondent au brouhara engendré par les dockers. Ils ne sont que quelques dixaines, mais leurs esprits sont vide de tout sentimentalisme, il ne considère ses habitants que comme un obstacle, une épreuve nouvelle infligé à  leur ordre nouveau pour prouver leur vaillance. Les gardes du coeur ne rivalisent pas à  leur côté, ils ne sont qu'une poignée prit dans étau de peur.

Un homme a la tête des Hygoumènes dirige les opérations, il cri à  l'attention des dockers :


FAITES DEMI TOUR AVANT QUE NOUS NE VOUS EMPECHIONS DE LE FAIRE !! CECI SERA MON UNIQUE ET DERNIER AVERTISSEMENT !!


Les paroles provoquent des huées et des levées d'insultes. Les habitants prennent d'assaut les fragiles obstacles pour se ruer sur la troupe ordonnée des Hygoumènes ; sur le visage de Rostro, un sourire sadique. Nul dinstinction de sexe et d'âge n'arrête les machines de guerre qui impriment leurs pas dans la masse qui s'amoncelle déjà  sur le sol. Celui-ci se recouvre de sang, de corps et de pleurs. Alors que les derniers survivants sont trainés sur les pavés lissés par l'hémoglobines, Rostro crache ses derniers ordres :


Mettez-y le feu


"

Les Docks, à ne pas fréquenter

(Posté le 16/08/2011 à 13:01)
Avis à la populace de Lidas,
A de nombreuses reprises, des citoyens ont pu constater la présence de marginaux dans le quartier des Docks. Ces bandes sillonnent les rues à la nuit tombée par groupe de 2 ou 3 ou même de manière individuelle!!!
Les autorités de la Garnison vous recommandent donc d'être particulièrement attentif lorsque vous passerez par les docks. Certaines de ces personnes peuvent s'avérer inoffensives, voir un peu embuées par l'alcool ou par la consommation de substances illicites mais faites preuve de prudence néanmoins.

A l'appui ces témoignages :


Mystérieux magicien :
Oh il n'avait pas l'air méchant, je crois que ce jeune garçon cherchait juste un ami.


Une hôtesse de l'Ogre Amoureux :
Ouiiiii, il y en avait un d'eux qui venait souvent chez nous, il avait une grande quête à réaliser qu'il me racontait... moi vous savez je faisais mine d'écouter, faut toujours écouter les clients..



Sekava

L'endémie maîtrisée?

(Posté le 16/08/2011 à 12:57)
Selon les autorités, l'endémie serait maitrisée dans Valmarchand où elle connaitrait un certain recul, grâce notamment à l'action radicale des Hygoumènes. En vérité, je vous le dis, il n'en est rien, et la vigilance est de mise.

Depuis que les portes sont fermées, nombre d'individus, les moins recommandables, se frayent un chemin par les égouts. Pour certains vers la sortie, entrainant des risques d'épidémie en dehors de Valmarchand. Mais il y a pire pour la population de Valmarchand : il s'agit de ceux les empreintant pour entrer dans la ville, entrainant inévitablement un regain de maladies sur la population déjà affaiblie.

Et cela sans compter celles et ceux qui passent au nez et à la barbe de gardes trop laxistes, inconscients qu'ils sont des ravages que pourrait causer une pandémie sur tout Lidas.

Il est donc plus que conseillé de redoubler de vigilance tant que l'endémie ne sera pas totalement endiguée. D'aprés nos derniers recoupements obtenus aprés de longs travaux d'investigation auprés des temples, la maladie se propagerait principalement par l'eau.
Buvez uniquement l'eau de pluie fraichement tombée, videz vos caves à vin et autres alcools, et en dernier recours, si toute autre source venait à manquer, votre propre urine lorsqu'elle est encore chaude.
Evitez autant que possible tout contact, même avec vos proches, car il vous faudrait alors vous laver les mains et l'eau non contaminée est précieuse.

Suivez ces conseils simples et mettez toutes les chances de votre coté pour passer sans encombres cette période sombre.

A. Dent

Portrait d'une ombre...

(Posté le 22/03/2008 à 17:08)
Il est sur cette terre des êtres peu recommandables... Pareils au poison qui coule en leurs veines, insidieux et sournois, ils n'ont d'autre intérêt que la satisfaction d'une ambition à la mesure de leur inhumanité. Autant dire disproportionnées.

Égoïstes par nature, bien souvent dotés d'une intelligence remarquable, assassins à leurs heures perdues, ôtant la vie sans une once d'émotivité, ils agissent dans le secret du "confessionnal". Abnégation et altruisme sont pour eux autant de termes incongrus, dont jamais ils ne comprendront l'incroyable teneur.

Face à un discours aussi lénifiant, je me vois dans l'obligation de vous faire part d'une histoire récemment recueillie par mes bons soins. L'indicible horreur dont il est ici fait preuve n'a d'égale que celles décrites dans le recueil des déités interdites, depuis prohibé par nos instances lumineuses. C'est donc à dessein que je ne m'étendrais pas plus que nécessaire :
Je menais mes investigations sur le terrain ; le hasard - où était-ce plutôt Celui qui campe à l'horizon qui me mena jusqu'à ses fidèles ? Toujours est-il que j'y rencontrais une de mes connaissances, dont je préfère taire l'identité. Elle me conta une histoire des plus singulières qu'il m'ait été donné d'entendre :
En plein jour, dans le sein même d'un sanctuaire où l'ambre, le marbre et la nacre sont savamment distillés, une de ces ombres venait de commettre un crime au vu et au su de tous, et ce par un procédé des plus sordides. Usant de ses talents de tribun, il était parvenu à ses fins par le simple maniement de sa langue perfide : une mère au chevet de la chair de sa chair, dupée, souhaitant de tout son cœur, de tout son être, faire pour le mieux, a empoisonné son fils, croyant lui donner une décoction médicamenteuse.
La tragédie dépasse amplement ma plume... Il est des émotions que mes mots ne savent transcrire...

Si mon anecdote digne du purgatoire peut susciter l'effroi, elle force aussi l'admiration devant ce formidable renoncement éthique. Vertigineux et insondable plongeon que celui qui nous sépare de ces êtres pourtant délicats et subtils. En ce sens, par cette proximité d'êtres civilisés, ils nous renvoient à nos propres démons, miroirs de temps immémoriaux. Nœud gordien que l'on ne peut trancher sans s'amputer d'une part de nous-même, et où réside nombre de clés.

Je vous laisse le soin de concevoir l'incroyable pouvoir dont disposerait le général d'une armée de tels sbires. Ces individus, une fois leurs agissements coordonnés, feraient trembler le socle même du colossal Sacré-cœur.

Je vous le redis : recommandez plutôt votre âme au Faucheur, à moins que vous ne soyez fatigués de vivre...

'Journalistiquement' votre,
Calisse.

Note de l'éditeur : Notre chroniqueur est en cavale depuis que le paladinat s'intéresse de très (trop ?) près à son cas. Des nouvelles fraîches de son périple prochainement.

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal (6)

(Posté le 22/03/2008 à 17:07)
Sujet du jour: Mais que font les autorités valiennes!?

Aujourd'hui, nul ne peut plus ignorer la terrible épidémie qui est en train de s'abattre sur notre bonne vieille Valmarchand. Ils sont de plus en plus nombreux, les gens atteints de ce mal étrange, toussant, crachant, puis se vidant de leurs boyaux et de leur sang pour mourir dans d'atroces souffrances.

Nos prières destinées à Pélor et Héronéus restent sans réponse. Les soins prodigués par nos prêtres dévoués se révèlent inefficaces. Alors quels moyens nous reste-t-il pour lutter contre cette maladie meurtrière et la vaincre?

Remonter à la source de son origine pour mieux nous en préserver, voilà la solution qui semble la plus logique. Pourtant, alors que la contagion se propage un peu plus chaque jour, le doute a commencé à s'installer dans beaucoup d'esprits quant à l'efficacité des autorités valiennes à s'occuper de cette tâche.

La Garnison de Valmarchand tout d'abord se charge d'appliquer la mise en quarantaine de certaines zones de la cité. Voici à n'en pas douter une action noble et salutaire de la part de nos courageux soldats. Mais ne feraient-ils pas mieux de tenter quelque chose pour neutraliser l'épidémie plutôt que de se contenter de la ralentir?

Le Coeur Radieux quant à lui se révèle plus volontaire: nous savons en effet de source sûre que ses dirigeants ont envoyé plusieurs escouades de paladins dans les égouts afin de mener leur enquête sur l'origine de la maladie. De nombreuses rumeurs ont en effet circulé, affirmant que le Mal dont souffre notre belle cité proviendrait des conduits souterrains. Mais peut-on vraiment croire de telles rumeurs? Et si celles-ci étaient fausses? Et si nos vaillants paladins du Coeur Radieux faisaient fausse route? Qu'arriverait-il alors?

Le Conseil des Archons tout comme les Gardiens du Savoir Occulte restent inactifs, du moins aucun écho n'est parvenu jusqu'à la Gazette de Lidas sur une éventuelle initiative de leur part.

Quant au Vieux Fou dans son château volant, lui non plus ne semble pas sur le point d'agir. Se préoccupe-t-il vraiment de la santé de ses citoyens? Rien n'est moins sûr. D'ailleurs, est-il toujours vivant? C'est une question que nous sommes en droit de nous poser étant donné que personne ne semble l'avoir aperçu depuis bien des années.

Enfin, que penser du Cercle des Bardes, dont les membres ont quitté Valmarchand juste avant le début de l'épidémie? Leur départ serait-il une simple coïncidence? Ou pourraient-ils avoir un quelconque rapport avec la pandémie?

Comme vous pouvez le constater, chers lecteurs, beaucoup de questions restent encore en suspens, ainsi que beaucoup de craintes quant à l'implication de nos dirigeants dans le combat contre la maladie. Et si c'étaient les aventuriers séjournant dans notre cité, et souvent critiqués, qui venaient à bout de ce Mal?

Soignez vous bien, et ne perdez jamais espoir.

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

La légende d'Olidammara

(Posté le 22/03/2008 à 17:05)
En des temps très anciens, un grand nombre de personnes se présentèrent aux portes de la ville nouvellement fondée de Valmarchand. Seuls survivants de leur village, ils avaient fuit pour échapper au massacre, et c'était miracle qu'ils aient survécu. Le tout nouveaux Ordre Radieux dépêcha un inquisiteur afin de déterminer quelle était cette menace qui décimait tant et tant de paisibles hameaux.

Il lui fallu de longues et fastidieuses recherches pour rencontrer les survivants, corroborer les divers témoignages, trouver les preuves, pour finalement faire jaillir l'éclair de la vérité.

En fait toutes ces personnes semblaient être originaires, tenez vous bien ! d'un seul et même village. Ce village, dont nous tairons le nom (car certaines choses doivent rester cachées pour le plus grand bien de tous) avait tout du village prospère, jusqu'à ce jour fatidique…

Vous me demanderez comment cela est il possible qu'ils soient tous originaire du même village, puisque tous ses habitants ont péris d'atroce manière à l'exception d'un seul.

L'étrange vérité, est qu'en fait, un soir un barde quelque peu taquin surpris les jeunes du villages dans le cimetière. Ils s'amusaient à se faire peur. Le barde n'allait pas passer à coté d'une telle occasion de s'amuser.

Il lança donc parmi ces jeunes gens à l'imagination fertile une folle rumeur: le village avait été attaqué, d'étranges créatures rodaient, à la recherche de chair humaine.

Bientôt, tous les jeunes gens furent terrifiés, sursautant et hurlant au moindre bruit, épiant le moindre souffle, la moindre ombre. Sans même qu'ils s'en aperçoivent, de petits groupes se formèrent, de plus en plus petits à mesure que nos valeureux aventuriers se laissaient gagner par la panique. Au final, tous se perdirent dans les sombres allées du cimetière. Ils s'égaillèrent dans la nature, fuyant leur village pour leur propre salut.

Dans la nuit, les adultes du villages se réveillèrent. D'effroyables hurlements en provenance du cimetière et l'absence des jeunes gens suffirent à terrifier ces gens simples et crédules. Bientôt la rumeur enfla, les morts était revenu, réclamant l'âme et la chair des vivants. Il n'en fallu guère plus pour que la panique gagne l'ensemble du village. Tous s'enfuirent.

Au matin, il ne restait que le barde.

La légende dit qu'il riait tant qu'il en perdit le souffle et en mourut. De fait, il fut la seule vrai victime de cette tragique nuit.

Il s'appelait Olidammara.

Nouvelle invasion ?

(Posté le 22/03/2008 à 17:03)
Voilà qu'en m'intéressant au travail fournit par nos gardes aux portes de la ville j'ai pu constater une chose qui me laisse perplexe : l'invasion animalière ces derniers temps.

En effet, de nombreuses personnes se promenant avec leurs animaux dits de compagnie, par exemple un corbeau récemment, rien de bien grave vous me direz... Mais il semblerait que j'ai aperçu des créatures félines et féroces aux portes et rentrant dans Valmarchand : un puma, bien que de petite taille, pouvait bien vous arracher un œil, mais surtout une lionne à l'apogée de sa force ! Il y avait évidemment notre cher Balanda Lavan, spécialiste en animalier, qui accompagna ses deux fauves avec un homme vêtu de rouge.

Rarement les gardes ont laissés passer de tels animaux, dans les archives des scribes de la citée, j'ai pu constater qu'un lynx avait autrefois passer les portes de la citée : son propriétaire n'a jamais été retrouvé alors qu'il était sous les ordres du Coeur Radieux. Que veux-dire cette nouvelle mode ? Serait-ce une nouvelle invasion passive qui va alourdir les maladies ? Une organisation secrète ? Vous le saurez très prochainement !

Votre héraut, M.J.

Valmarchand malade ?

(Posté le 22/03/2008 à 17:03)
Pour que la vérité soit dévoilée à tous, moi Ariela l’itinérante, qui a parcouru le monde, ou presque, pour vous, préviens la populace de cette citée aux magnifiques facettes de la menace qui pèse dessus.

En effet depuis quelque temps, des maladies jusqu’ici inconnues frappent nos concitoyens sans distinction de race ni de milieu social. L’épidémie est en pleine expansion et les temples de guérisseurs sont en effervescence continue. Cependant, ce malheurs fait le bonheurs de la contrebande.
Une fois de plus, bravant tous les dangers, je me suis infiltrée dans les bas-fonds de la racaille de notre citée et y ai découvert des choses effroyables. Des labos clandestins, peuplé par des alchimistes et magiciens de seconde zone, mais le pire, est que le fruit de leur recherche est testé sur les orphelins et les mendiants de la ville, que l’on retrouve après dans les rues à propager encore plus de maladies. Ces hommes et femmes infectes et cruelles revendent à prix d’or, que dis-je, de platine, des médicaments factices pas plus efficaces pour soigner une douleur au petit orteil que pour soigner les maladies qui rongent notre lumineuse citée.
Habitants de la ville, peuples libres, je vous préviens, car vous m’êtes tous très chers, n’ingurgitez rien qui se nommerai médicaments sans l’avoir fait vérifiée par un temple.
Votre vie est plus en danger avec ces soi-disant médecines qu’avec les maladies qu’elles prétendent guérir.

Soyez sur vos gardes, le mal rode, se propage et ronge notre ville ; Mais avec votre soutien, la vérité triomphera une fois de plus !!!

Par monts et par vaux, au-delà des mers et des océans, ou simplement devant chez vous, c’était Ariela l’itinérante qui vous fait parvenir la triste vérité.

La Ritournelle du mois : Oyez Oyez !

(Posté le 02/02/2008 à 12:45)
Oyez ! Oyez !
Damoiselles, Damoiseaux
Vieux babouins et Vieilles Rombières
La chanson du jour…

Or donc,
Laissez moi ce jour ou cette nuit,
Vous compter par ces quelques notes de luth
Les étranges aventures d’un gamin de rue.
Hier encore manant,
Le voici aujourd’hui riche d’un ami !
Songeant soulager un riche et naïf Paladin
Il espérait lui soutirer
Quelques pièces de cuivres
Et d’un sourire, d’une main amicale
Il se retrouva riche d’une belle
Pièce d’or
Inespérée…
Comme quoi, ce que certains nomment
Naïveté n’est que Générosité
Dans des cœurs purs.
A la prochaine lune,
Pour une nouvelle chanson
Si les Autorités
Ne m’ont pas coupé
Ce que vous savez !
Les cordes, pardi !
Vocales !


Les Chroniques de l’Arpenteur sans Bottes.

Envolée lyrique au Gérousien

(Posté le 02/02/2008 à 12:42)
Voici qu'un curieux écho nous parvient de ces lointaines contrées : Sekava, bardesse bien connue sur nos terres - notamment pour ses frasque, se serait vue pousser des ailes. Figurativement, ce n'est pas nouveau : nulle extravagance en ce monde qu'elle n'entreprendra ! Mais ici, c'est de premier degré qu'il s'agit.

Comment serait survenu ce phénomène, déjà vieux de quelques jours - le temps pour lui d'arriver à nos oreilles, reste un mystère. Il serait question de frivolités en "Lalalala" : nous comptons sur un recoupement des informations de ses compagnons de route - qui ont le mérite d'avoir les pieds sur terre - afin d'éclaircir tout cela.

Notre I.V.G. [industrie volante gnome] voit d'un si mauvais oeil les perspectives qu'offriraient de telles pratiques qu'ils ont d'ores et déjà déposé plainte pour concurrence déloyale.

Non contente de mener à l'abattoir le paladinat du Sacro-saint Cœur Radieux, voilà maintenant que Sekava ne se satisfait plus de ce que Dame Nature lui a accordé. À quand la quadri-race avec des jambettes d'Ogre ?

Calisse.

L’Ordre Radieux se dévergonde ?

(Posté le 02/02/2008 à 12:39)
Suite à quelques rumeurs bien fondées, nos informateurs ont cru bon, et à raison, de nous informer de ce qui se passe dans ce magnifique, splendide Cœur Radieux.
Cette battisse à l’apparence si pure et limpide serait elle en fait un repère de goujats et de troubles faits.
Tout le monde se souvient de cet ensorceleur il y a quelques temps, qui mit tout un pan de la hiérarchie de l’ordre en émois aidé de son compagnon barde et d’une jeune femme que l’on peut considérer comme complice ? Et bien un même scénario s’est reproduit très récemment, au même endroit. Dans le hall de l’ordre du lumineux.
Une jeune femme a encore fait des siennes en frappant un homme là où ça fait mal, suite a un différent.
Mais laissons parler nos témoins :

"Ah, ben voui, ça pour sur que jm’en souviens, je vnai juste faire une tite prière pi voir un peu ce qui se tramait dans s’te battisse quand j’ai vu, ma parole belle dame, un homme s’faire tout bonnement castrer par une furie. Jpeu vous dire que le pauvre homme y en menait pas large quand ses deux potes l’ont sorti de là pour prendre l’air, ah ça non."

Et une autre personne nous en parle, quelques minutes plus tard, après notre appel à témoins :

Ben ma foi, c’est plutôt l’homme qui a cherché les noises, même si c’est ben vrai que la femelle, là, elle se prenait un peu trop au sérieux, fin bref, une tite escarmouche, c’est rien de ben grave non ?

Sauf quand cela se produit dans l’antre de la justice et de la paix de l’âme !!!
L’ordre radieux serait-il lui aussi sur le chemin de la déchéance ?

Fidèlement votre, pour que la vérité triomphe et que l’information dépasse les frontières de ce monde

Ariela.

L'Ecrit de l'Ouest : plus qu'une mode, un phénomène qui va bouleverser votre vie

(Posté le 02/02/2008 à 12:36)
En provenance de l'Ouest, c'est telle une vague déferlante que ce propage le phénomène lettré! Il a, en l'espace d'un mois atteint Mestria pour déjà à l'heure actuelle se diffuser au sein de notre belle Cité de Valmarchand. Plus qu'une mode, cette nouvelle science de l'écriture touche de plus en plus de monde. Petits et grands, tous! Oui tous se lancent dans cette nouvelle manière d'être, cette expression simple mais au combien original que par d'ici nous avons nommé: "Ecriture sur bois à encre de bière" ou "bière à bois doigté" pour les plus jeunes. En effet il s'agit d'un nouveau mode de communication visant à la base à simplement passer commande par l'expression basique "BOIRE MANGER OUI/NON", que l'on trace avec un simple doigt que l'on aura préalablement fait trempé dans un liquide bièreux. Mais voilà, le phénomène à enflammer les esprits et on en vient à l'utiliser dans notre vie du quotidien à chaque instant et pour tout. Ecoutons plutôt ces témoignages lourds de révélations:

Dageth le mercenaire: Moi, depuis qu'j'utilise le bière à bois doigté, c'est génial, je peux cracher à la figure de mon voisin table en passant commande en même temps.

Loc la loque roublard malchanceux: Avec le bière à bois doigté, ma vie à complètement changé. Avant mes mains, ben elles me servaient pas trop, et puis maintenant c'est magique, regardez tout ce que je peux faire avec le bière à bois doigté. J'peux même faire des jolis dessins avec, regardez.

Courtisane: C'est teeeeeeeeellement plus seeeeeexy pour passer commande sans interrompre une conversation romantique…
Notre corespondant C.B.

Un psychopathe est en ville !

(Posté le 02/02/2008 à 12:35)
Un honorable marchand de notre bonne cité m’a rapporté qu’un dangereux individu, un nain, s’en soit pris à lui avant de passer les portes de la ville. N’écoutant que mon courage, je suis parti enquêter et ce que j’ai découvert me fait froid dans le dos.
Le marchand, dont je tairais le nom pour des raisons évidentes de sécurité, m’a rapporté que l’individu en question s’est vanté devant lui d’avoir mutilé des membres de sa propre famille avant de venir à Valmarchand. Seul la présence d’un garde dans les environs lui a évité ce triste sort.

La négligence de la garde lui ayant permis de franchir sans encombre les portes de la ville, ce nain a réussi à persuader un jeune homme sympathique et une charmante demoiselle de le suivre dans la vieille ville. J’ai réussi à découvrir que ceci était un guet apens pour les jeunes gens. Le jeune homme réussit à alerter la serveuse d’une de nos charmantes auberges du danger qui les menaçait. La serveuse n’écoutant que son courage, tenta, avec le videur de l’auberge, de venir au secours du pauvre homme, mais c’était trop tard. Le nain venait déjà de lui fracasser le crane, le videur, en tentant d’intervenir fut gravement blessé et il est, à l’heure ou nous imprimons, dans un état critique. La serveuse, elle n’a eut la vie sauve que grâce à la fuite.

N’ayant pas eu de nouvelle de la jeune demoiselle, nous ne pouvons qu’espérer que la jeune demoiselle ait réussi à fuir, car pour ma part, je n’ose imager ce que ce nain perfide pourrait lui avoir fait subir…

A. N. O’Nyme.

Les feux de l'humour

(Posté le 18/11/2007 à 15:44)
Le Géroussien est décidément un endroit propice aux disputes, même au sein des couples les plus amoureux.

C'était une romantique discussion sur la plage, autour d'un feu. Un cadre romantique idéal pensez vous? Détrompez vous ! Pour une raison encore inconnue, il semblerait que la belle ait fait une scène à son amoureux de paladin.

Non loin de là, c'était un autre couple qui se déchirait, il faut dire que l'arrivée impromptue d'une belle princesse en plein milieu d'une romantique lune de miel avait tout pour attiser la jalousie de l'inénarrable beauté de Kielen. Toujours est il que blessée dans son orgueil la semi elfe a décidé de se séparer de son compagnon de toujours, le taciturne rodeur.

Faut il y voir une intervention du destin? Une nouvelle histoire d'amour se profile t'elle entre ces cœurs déchirés? Sans même le savoir le paladin transi se précipite à la rencontre de la sang mêlée. Si la célèbre bardesse l'ignore encore, le preux chevalier lui, n'aspire qu'a rencontrer la gente demi elfe. Nul doute que de leur rencontre renaitra la flamme de l'hu.. de l'amour.

Aliéna.

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal (5)

(Posté le 18/11/2007 à 15:42)
Sujet du jour : un destin brisé.

Les tavernes sont décidément un lieu bien particulier. Le voyageur pourra y trouver un repas chaud, un abri sûr pour la nuit, et y rencontrera à coup sûr des personnes pour le moins singulières. Des personnes dont la destinée peut se jouer en une fraction de seconde, comme en témoigne l'histoire que je m'en vais vous conter...

Je m'étais en effet rendu à la Maison de l'Aventurier, dans l'espoir d'y dénicher un aventurier assez solide pour en faire mon garde du corps (à cause de récentes menaces dont j'ai fait l'objet, comme le savent mes plus fidèles lecteurs). Mais de toute évidence, la chance ne me souriait guère: ce n'était ni ces quelques Nains passablement éméchés ni ces trois frêles paysannes qui se trouvaient là qui allaient protéger mon inestimable personne.
Toutefois, la vie m'a appris qu'il ne faut jamais renoncer. Et alors que je m'étais attablé devant un ragoût de mouton délicieux, voilà qu'un demi-orque accompagné d'un halfelin débarque comme par enchantement! Etrange duo que voici, mais de toute manière seul le grand costaud m'intéressait. Je m'apprêtais à l'aborder quand je l'entendis passer commande: du pain, du fromage et trois plats du jour! Pour lui tout seul! Dès lors, était-ce vraiment une bonne idée que d'engager un garde du corps qui me coûterait plus cher en nourriture qu'en salaire?
Cet instant d'hésitation me fit perdre cette recrue potentielle: une des trois paysannes, à la peau mate et à l'air de folle, alla trouver le demi-orque avant moi. Apparemment, son petit numéro de charme fonctionna sur le gaillard, et tous deux quittèrent l'auberge après avoir été rejoints par un homme blond mystérieux.

J'appris ensuite du halfelin que ce demi-orque, un dénommé Marlok, s'en était allé combattre des ours-rats. Quelle terrible sensation que de se rendre compte que le moindre de vos choix peut changer à jamais la destinée d'une personne! Si j'étais intervenu avant cette femme, ce Marlok aurait pu devenir le garde du corps du plus grand reporter de tout Lidas, et vivre dans la richesse et la gloire. Au lieu de cela, il est parti affronter des bêtes cruelles et sanguinaires, et est condamné à mourir dans d'atroces souffrances. Par ma faute, tout comme pour ce malheureux boucher...

Et oui, même le talentueux et formidable Alvicius Méagal peut parfois éprouver un sentiment de culpabilité! Pélor, puisses-tu éclairer de ta Lumière Bienveillante tous ces hommes aux destins brisés.

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur, celui dont la plume résiste à toutes les menaces.

L'autre face de Lidas (2)

(Posté le 18/11/2007 à 15:42)
Une fois encore, notre envoyée spéciale a repoussé les limites de la connaissance et du danger pour aller chercher des réponses à toutes ces questions que nous recevons par courriers ces temps-ci.
La question revenant le plus souvent et qui fait le sujet de cet article est l’autre face de Lidas, qui a suscité en vous de nombreux doutes. Que se passe-il vraiment de l’autre coté de la foret ?

Ariela l’itinérante y répond une fois de plus :

-C’est en voyant votre enthousiasme que j’ai décidé de retourner là où ma vie ne tenait qu’à un fil, là où la mort semblait chose courante et banale. Je suis retourné dans ce que j’ai appelé la Nouvelle Constrie. Mais cette fois ci au lieu de suivre les chemins touts tracé, j’ai coupé à travers champ. Et c’est là que j’ai rencontré des hommes, grand, forts, puissants, limite bestiaux qui sillonnaient les plaines verdoyantes à la recherche de je ne sais quoi.

Une fois la barrière du langage franchi, j’ai été conduit a leur ville. Plus un campement si vous voulez mon avis, quoi que vers le centre les bâtissent sembles êtres permanentes, ce qui n’es pas le cas du reste. Tentes, a base de peau, d’os gigantesques et de cordes, habités pas des hommes et des femmes dont la musculature imposante reflétait parfaitement bien la rudesse de leur vie. J’ai eu la chance de vivre avec eux pendant quelques semaines avant de vous revenir en pleine forme, et contrairement aux apparences, ils sont d’un raffinement assez intéressant. Bien que leur société soit basée sur la force brute, ils ne se battent que rarement, et passent d’ailleurs le plus clair de leur temps a chasser pour se nourrir.

Ce fut une expérience des plus enrichissante et j’espère pouvoir y retourner un jour, mais, le monde est encore si vaste et nous ne le connaissons que si peu. J’espère avoir assez de ma simple vie pour tout découvrir.

Ariela l’itinerante

Prêtre, malade et Haut Commandeur : début d'une folie ou d'une catastrophe ?

(Posté le 18/11/2007 à 15:39)
En ce moment même, une jeune malade, une certaine Vinéa, a fini dans le temple d'Heroneus suite à son état de santé. Il semblerait d'après un prêtre d'Heroneus que le Haut Commandeur de l'ordre du Coeur radieux soit venu lui rendre visite personnellement.

"Il parlait d'alliée de l'ordre, par rapport de la jeune femme"

Le prêtre a continué d'écouter cette histoire de ces deux personnes, pour notre plus grand plaisir ! Ils parlaient de guerre, de morts. Un des prêtres du temple s'est confié à nous :

"Eh bien si vous voulez avoir mon avis sur la question, cette guerre n'avance rien de bon, puisse l'Invincible nous protége de cet avant goût d'apocalypse..."

D'après ce prêtre la situation serait encore plus grave qu'elle y parait, mais comment être sûr d'une soit-disant "apocalypse" ? Ce sont bien sûr des propos sans fondement d'un homme religieux, il n'y a aucune valeur officielle. La jeune semble avoir subi de gros dégâts et il ne serait pas étonnant que cela joue sur sa mémoire et son imagination, le commandeur lui-même parle de beaucoup de morts, seulement, combien en envoie-t-il de ses fiers paladins se faire tuer pour une petite chose ? et sur combien d'endroits en même temps ? Nous ne pouvons répondre si c'est vrai ou non et allons faire de notre mieux pour pouvoir le faire rapidement !

Tragique méprise

(Posté le 02/09/2007 à 16:35)
Nous rapportons aujourd'hui la tragique méprise qui a coûté sa langue et ses doigts à ALVICIUS MEAGRAL, boucher de son état père de cinq enfants.

Agresse dans une ruelle sombre des docks par un petit groupe de malfrats le pauvre hère s'est vu arracher la langue et broyer les phalanges des deux mains. Le chef des malfrats lui aurait signifié avant de l'abandonner dans le caniveau qu'il s'agissait là d'un "avertissement" pour avoir dévoilé de sa plume certains mystères qui auraient dû rester secrets.

Notre pauvre boucher, illettré n'y compris hélas rien du tout, car il semble que les malfrats se soient trompés de cible. En fait selon toute probabilité, c'est le célèbre ALVICIUS MEAGAL, correspondant pour la gazette de Lidas qui était visé.

Depuis cet attentat manque, le reporter à la plume assassine se terre chez lui. Les spéculations vont bon train quand à savoir s'il osera reprendre la plume dans le prochain numéro d'août ou s'il préférera se faire oublier quelques temps.

Deux fous dans les ruelles de Valmarchand

(Posté le 02/09/2007 à 16:32)
Nous avons appris depuis peu grâce à un homme de rue que deux étrangers dangereux seraient en libertés dans les ruelles de notre belle cité.

En effet, ce vieil homme nous a dit : "Ils l'ont abbatu d'un coup sec que j'vous dis ! A coups d'épée !". Quand on sait que leur ennemi était juste un chien qui aurait certainement put être repousser du pied l'affaire est plus étrange.

Mais d'après ce vieil homme, ces hommes seraient aussi dangereux envers les hommes, il les a vu agir de façon étrange.

Ses paroles : "Sacré bleu ! Ils ont crié sur des personnes que je voyais même pas, rien compris à ce qu'ils disaient ! Mais quand j'suis arrivé, d'autres hommes étaient là, un blessé avec ces deux malabars !"

Désormais nous pensons que deux violents brigands ont réussis à entrer dans Valmarchand et sèment la terreur dans nos rues, ne traînez pas la nuit dans les rues ou vous risquez de croiser ces individus. Les gardes disent qu'ils vont commencer une enquête, mais quand ?

Votre héraut, M.J.

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal (4)

(Posté le 02/09/2007 à 16:32)
Sujet du jour: Un trio mémorable


Il y a de cela quelque temps, je me trouvais à la taverne de l'Epée Tachetée, tranquillement attablé devant une bière de qualité, quand j'ai assisté à une de ces scènes pittoresques qui animent chaque soir ce genre d'établissement.
L'écuyer d'un noble paladin du Coeur Radieux s'est légèrement "accroché" avec un homme élégant d'une cinquantaine d'années. A ce que j'ai pu comprendre, ce dernier aurait refusé d'apprendre à lire et à écrire à l'impétueux page. Le ton est alors monté entre les deux hommes, mais heureusement le paladin_qui avait d'ailleurs soit dit en passant fière allure_, est intervenu pour calmer les esprits.
Après le départ des trois hommes, les rumeurs allaient bon train dans la taverne sur la raison de la dispute. En effet, en raison de la cacophonie assourdissante que faisaient plusieurs marins ivres, je semblais être le seul à avoir perçu avec exactitude les paroles de l'étrange trio. Ainsi, plusieurs clients émirent l'idée absurde que l'écuyer était en réalité un vaillant guerrier qui n'avait pas apprécié que l'élégant personnage le traite d'écuyer. D'autres, sans doute encore plus éméchés, étaient persuadés que l'élégant personnage était le père de l'écuyer et que la tension était montée après que le père reproche au fils de fréquenter aussi tard cette taverne.

Quoi qu'il en soit, cette histoire montre une fois de plus la bravoure et l'efficacité des loyaux serviteurs d'Héronéus. Sans l'intervention de ce paladin, il est plus que probable que la situation aurait dégénéré et que les deux belligérants en seraient venus aux mains. Nul doute que l'impudent écuyer recevra un châtiment à la hauteur de son insolence....

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

Météo hors saison

(Posté le 02/09/2007 à 16:31)
De violents troubles orageux ont éclaté dans le Sud de Lidas, sur les côtes. Une dépression nuageuse est arrivée du Sud pour venir s’étaler le long de la chaîne montagneuse qui borde la mer. Vents, éclairs, orages tout est à craindre dans cette région ou il a été recommandé aux habitants du moment de s’abriter le plus rapidement possible. Déjà certains anciens ont trouvé refuge dans de vielles tours, mais dehors la tempête fait rage, et il est à craindre qu’elle augmente en intensité. Les prévisions sont hasardeuses néanmoins, l’arrivée d’une troisième vague dépressive ne nous laissant rien envisager de bon, la situation risquant de tourner a l’ouragan. La tempête particulièrement violente en cette fin d’été couvait déjà depuis longtemps, mais il n’ y a pas à craindre de voir le phénomène prendre la route de terres plus civilisées, la région valienne ne risque donc rien à l’heure actuelle.

Votre correspondant en direct CB.

Le Coeur Radieux recrute !

(Posté le 02/09/2007 à 16:31)
La direction du personnel du Coeur Radieux vous parle. Oui vous, l'homme ou la femme d'arme, humain ou demi-elfe.
OUI VOUS
, homme ou femme de l'arène, de l'école du mercenariat, de la garnison locale, de la milice du village, vous nous intéressez ! Vous avez appris seul, ou avec un maître, le maniement des armes courantes ou exotiques. Vous savez porter un armure et rêvez seulement de trésors, de festouailles, de raids dans les troupes gobelines, de pillages des cavernes d'ogres ? Le Coeur Radieux recrute les combattants de tous poils !
OUI VOUS
, homme ou femme de la forêt, solitaire et esseulé, expert à l'arme de jet ! Devenez la boussole des armées de la Lumière ! Soyez le Nord de l'Invincible ! Vous qui avez appris à survivre dans la nature la plus hostile, vous qui connaissez les animaux comme les plantes. Vous qui parlez à l'oreille des champignons et des mousses ... Vous nous intéressez ! Rejoignez l'Ordre Radieux en tant qu'Eclaireur ! Donnez un sens à votre vie ... faites acte de foi et de joie ! Rendez-vous sur l'heure muni de votre paquetage au Coeur Radieux, quartier du Conseil de Valmarchand. Demandez Parfait Flamme d'Or, chevalier responsable des Novices. La Lumière vous interpelle, courbez votre robuste échine et répondez-lui !

Sir.P.F.O.
C.L.C.R.
Service de la D.P.C.R.

L’autre face de Lidas

(Posté le 02/09/2007 à 16:30)
Suite à une question restant depuis bien longtemps sans réponse précise, un de nos envoyés spéciaux a finalement répondu. Notre curiosité et notre amour de la vérité nous poussaient a nous demander ce qu’il y avait au delà des territoires connus de tous.

Mais nous avons repoussé les limites de la connaissance et du courage, nous avons traversé cette foret du centre, et ses mystères, pour découvrir une terre inconnue, sombre et dangereuse, et ce uniquement pour vous.

En effet dans ces terres reculées nous avons finalement découvert une autre facette de Lidas, ce continent si paisible.
Tout d’abord, nous n’avons croisé personne jusqu'à la première ville, étant elle même a quelques jours de marche de la lisière de la foret. C’est alors que le paysage qui s’offrit a nous ferait froid dans le dos au plus endurci des guerriers.
Une ville sombre, gardée par des hommes terrifiants. La lumineuse Valmarchand se trouve être un paradis sur terre a coté de cette ville terrifiante. Sur fond décoratif d’un volcan en activité, nous ne sommes pas restés longtemps et n’avons même pas tenté d’entrer. Les cadavres jonchant le sol et servant de pavés nous dissuadant d’aller plus avant.

Le continent de Lidas est donc encore très grand au-delà de cette Forêt du Centre, mais pour ceux qui veulent rester vivant et en bonne santé, il est préférable de ne pas tenter de traverser et de rester dans notre belle Valmarchand.

Ariela l’Itinérante.

Avis à la population

(Posté le 26/07/2007 à 19:54)
A l'occasion de la dite "journée de la farce", plusieurs individus s'adonnent à divers troubles de l'ordre public.

Ainsi deux individus usurpant l'identité de gardes sévissent dans les rues, affichant de faux avis de recherche à l'encontre de ma propre personne. Evidement ces avis de recherche sont des faux et toute personne ramenant l'une de ces affiches à la garnison recevra la somme de 1 lion d'or. De plus, tout renseignement susceptible de mener à l'arrestation des fauteurs de trouble sera justement rétribuée.

Dans le même état d'esprit déplorable, une troupe de malandrins se faisant passer pour des hauts gradés du chœur radieux a fait une entrée remarquée dans la cité. Heureusement, les gardes de faction ne se sont pas laissés abuser et les faux paladins méditent désormais la portée de leur "blague" derrière les barreaux.

Nous vous invitons à la vigilance et à signaler immédiatement toute personne ou comportement suspect à la garnison.

Karelyss, Commandante en chef de la garnison.

A bas la tyrannie des paladins (2)

(Posté le 26/07/2007 à 19:53)
Un paladin se réclamant du chœur radieux a fait un esclandre à la grotte du dragon. Apres avoir menacé, épée au clair, trois honnêtes citoyens, il s'en est fallu d'un rien qu'il n'assassine ces braves gens qui avaient eu le tord de partager une bière entre amis et l'intolérable audace de tenir tète au soudard. C'est l'intervention rapide et efficace de la garde qui a pu maitriser le forcené. Hélas, la justice est un concept bien rare dans cette cité, car ce dangereux individu s'est vu laissé en liberté, soustrait à la justice qu'il prétend défendre par l'un de ses sbires du chœur radieux.

Après ce triste incident, je dis : Assez de ces paladins qui se croient tout permis et agressent les gens au nom de leur prétendue "lumière". Citoyens, mobilisez vous, signez la pétition pour l'interdiction du chœur radieux, pour que notre cité commerçante redevienne une cité libre et prospère ou le fanatisme et l'intolérance n'ont pas pignon sur rue.

L'éclair de la Justice.

Que fait notre clergé ?

(Posté le 26/07/2007 à 19:53)
On se souvient des troubles importants dans les égouts de notre belle cité et des ennuis de certains taverniers avec des tonneaux impropres à la consommation mais surtout de tout les troubles causés pae ces évenements.
Et bien nous venons d'apprendre que dans la hiérarchie cléricale de notre grande et belle cité la zizanie était en train de faire des ravages importants. Des luttes de pouvoir interne dégénerent en des pugilats et des clans se forment. Ou est le temps ou nos bons prêtres se goinfraient en d'interminables banquets payés par nos impôts et dîmes?
Ou est l'époque ou l'on s'achetait notre conscience et le silence des autorités religieuses par des dons?
Desfois le passé à du bon quand meme.

Ralnelduil votre dévoué informateur (et colporteur de vérité).

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal (3)

(Posté le 26/07/2007 à 19:52)
Sujet du jour: un sondage alarmant!


Mes chers lecteurs, la gazette de Lidas est fier de vous dévoiler le résultat du grand sondage effectué depuis plusieurs semaines. A la question: "Qu'est-ce qui vous inquiète le plus à Valmarchand?", vous nous avez répondu:

A 34%: la sécurité de moins en moins assurée dans la ville
A 15%: la vie chère
A 12%: la profusion de guildes plus ou moins louches
A 9%: l'insalubrité de certains quartiers
A 8%: le fait que Valmarchand soit dirigée par un fou vivant dans un château volant
A 4%: la baisse de qualité évidente de la bière dans une taverne du quartier marchand(dont on taira le nom)
A 4%: la hausse du prix de la bière dans une taverne du quartier marchand(dont on taira le nom)
A 4%: l'invasion de rats provenant des égouts et les histoires sordides à leurs sujets
A 3%: la décrépitude de la place de la fontaine
A 3%: la justice de Valmarchand pas assez souple (les personnes interrogées justifiant leur avis par la forte augmentation de personnes avec la main coupée).
A 3%: l'impolitesse de plus en plus fréquente chez les voyageurs
A 1%: le manque d'intérêt pour le mariage de la part de la nouvelle génération.

Plus d'un tiers des valiens semblent donc préoccupés de la sécurité dans notre belle ville! Ne pouvant pas remettre en cause le travail de nos miliciens, des gens rigoureux, courageux, et au-dessus de tout soupçon, il semble donc que ce soit les aventuriers qui sont moins efficaces qu'autrefois. Ces derniers passeraient-ils plus de temps à s'enivrer à la taverne qu'à défendre la veuve et l'orphelin? Affaire à suivre....

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

A la recherche d’une promise ou bien…

(Posté le 26/07/2007 à 19:52)
Evénements confirmés il y a peu par le poste de la garnison des nouveaux quartiers, (et par des multiples sources complémentaires). Au petit matin un homme d’une trentaine d’année portant la barbe haranguerait les jeunes citoyennes de la cité. Sous des prétextes aussi futiles que la couture, les originalités vestimentaires ou même les habitudes gastronomiques, l’audacieux personnage entrerait en contact avec ses innocentes victimes, leurs faisant par la suite, des avances plus que douteuses. Selon ses victimes c’est « le regard plein d’envie » et faisant fi des convenances que le rustre les approchait. Par ailleurs il semblerait que pour mieux appâter les filles de la cité, cet homme se ferait passer pour un religieux de l’étincelant. Ingénieux stratagème, digne d’un esprit dérangé et habité par les pulsions charnelles et animales. Derrière ce manteau d’illusion trompeuses, se cacherait un homme dangereux ! A cette heure, la Garnison met tout en œuvre pour retrouver le pervers qui hante ce quartier réputé tranquille. On dit même qu’elle aurait recruté des guerrières pour mieux approché le fauteur de trouble…
De son coté Miklos Seven, l’une des premières victimes du dangereux maniaque témoigne :

« Oui, il m’a interpellé comme ça dès le matin, j’étais très pressé il fallait que j’aille travailler moi !
Comment ? Est-ce qu’il m’a fait des avances ? Vous savez, moi, je suis pas très réceptive à ce genre de choses, mais il avait un regard que certaines qualifieront de plein de sagesse, moi je pencherais plus pour de la démences ou de la folie !
Si je m’en suis sortie ? Ben voyez bien qu’j’suis là, non je tiens une boutique, alors vous pensez moi les coups fourrés je les vois venir ! Si j’avais pas eu tant envie qu’ça d'finir mon thé, je peux vous garantir qu’j’lui aurait jeter au visage. Brûlé comme il aurait été, il aurait couru de tout partout, ah ah ah… »

Quel sang froid, quelle détermination et quelle courage chez cette petite vendeuse, mais toutes les jeunes filles de notre ville n’ont pas le force d’esprit de Miklos. Aussi, citoyennes, faites bien attention à vous, le malin rôde toujours dans les rues et il se peut que la prochaine fois, ce soit vous qu’il choisisse pour assouvir ses désirs torturés !

C.B.

Génération perdue… mais quelle fut leur vie ?

(Posté le 26/07/2007 à 19:51)
J’ai rencontré nombre d’aventuriers au travers de mes errances dans la vieille cité de Valmarchand. Que ce soit au travers de mes recherches pour l’association, de ma quête rigoureuse de vérité pour la Gazette, ou tout simplement d'une simple rencontre issue du hasard, je dois dire que j’ai été profondément marqué par ces discussions parfois fugaces, amicale ou même périlleuse. Je n’en prend conscience qu’à l’instant il est vrai, mais ce retard se devait d’être, car sans lui, je n’aurais pu rencontrer cette foule de voyageurs aux passés aussi divers que multiples et ainsi, interpréter ce qui m’apparaît aujourd'hui comme une terrible et menaçante réalité !
Cette introduction terminée je m’en vais confesser cette fascinante découverte.
La plus part des gens avec qui j’ai pu discuter m’ont bien souvent raconté leur vie, leur déboires, ce qui les avaient mené à quitter leur terre natal pour se retrouver au final assis à une table d’une auberge de Valmarchand à boire un verre à mes cotés… Des vies passionnantes de malheurs qui, dans l’impuissance de la jeunesse les condamnait à subir les injustices de la Vie. Combien de meurtres sanglants, de pillages, de villages brûlés, d’enfant abandonnés au cœur de sombre forêts, j’ai bien cherché à les comptabiliser, mais mon encrier est asséché depuis maintenant trop longtemps… Toute ces vies condamnées à être brisées, qui ont tant bien que mal su s’adapter, résister face à l’adversité, que cela relève parfois du miracle, mais je m’égare, là n’est pas le sujet de cet article. Au travers de ces édifiants témoignages j’en suis venu à me demander ce qui avait bien pu se passer à cette époque pas si lointaine que ça… en effet il suffit de remonter de 20 à 35 ans en arrière pour resituer le commencement de toutes ces tragiques destinées. Vous en conviendrez chers lecteurs, n’est-il pas étrange de constater cela ? Que s’est il donc passé dans cette grosse quinzaine d’années pour que le mal fleurisse de la sorte et à une telle ampleur ? Une époque de ténèbres ? de famines ? de crises? de dégénérescence comportementale global des esprits insufflée par une micro variation climatique, elle-même rétroaction d’un phénomène naturel antérieur ?
Je n’ai pas la réponse à cette question, mais les faits sont là! Ce fut une période terrible à en croire les récits de ces jeunes gens devenus aujourd’hui des aventuriers errants. Et il est troublant de noter cette incroyable concentration d’événements néfastes en un lapse de temps aussi restreint. Mais d’un autre coté est-ce un phénomène ponctuel, à part ? Je ne sais pas ce qu’il en est en ce moment, ou même il y a seulement quelques années après la sombre époque. Peut être que d’autres enfants plus jeunes connaissent les mêmes tragiques événements ? Cela, nul ne peut nous en apprendre plus, mais je peux déjà vous dire que si ces « enfances brisés » continuent à se concentrer vers Valmarchand, cela ne voudra dire qu’une chose : nous sommes encore dans cette époque de malheurs !

C.B.

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal (2)

(Posté le 19/06/2007 à 13:40)
Sujet du jour : Une romance improbable.


En voyageant de part Lidas à la recherche de reportages toujours plus exceptionnels pour vous, mes chers lecteurs, il m'a été donné la chance de voir des choses magnifiques. Mais rien n'est plus beau à mon sens qu'une simple et belle histoire d'amour. C'est pourquoi la Gazette de Lidas m'a donné carte blanche aujourd'hui pour vous conter cette romance qui avait pourtant bien mal commencé entre un noble paladin et une roturière lourdement armée.

J'étais là, en effet, lors de leur toute première rencontre. C'était un matin comme les autres, devant l'auberge de L'Etoile Brillante. Le paladin, prévenant, se propose d'aider la dame en détresse. Cette dernière, ne se préoccupant même pas de l'armure boueuse du paladin, tombe immédiatement sous le charme. C'est le coup de foudre pour la jeune femme, qui lui donne rendez-vous le jour même pour un bon dîner dans l'établissement.

Malheureusement, le coup de foudre ne semblait pas réciproque! Et le paladin lui posa un lapin. L'histoire aurait pu s'arrêter là, si la jeune femme n'avait pas fait preuve d'une détermination amoureuse si forte. En effet, elle chercha pendant des jours entiers son soupirant, sans succès. Et pourtant, un beau jour, elle retrouva sa trace au Temple de l'Horizon. La suite de cette histoire m'est alors racontée par un jeune initié du temple répondant au nom de Rudy Flagan:

"Une terrible dispute a éclaté entre Sir julien et cette jeune femme. Elle a traité ce vaillant paladin de tous les mots. C'était vraiment pas joli à entendre, vous pouvez me croire! Mais Sir Julien est resté stoïque et finalement ils sont partis tous les deux accompagnés d'un homme en toge noire, probablement un prêtre je pense, vers la Salle du Plongeon Per....euh, vers de nouveaux horizons je veux dire!"

Ce Sir Julien apprécierait-il les femmes avec du caractère? Quoiqu'il en soit, si l'on en croit les dires de Rudy Flagan, le paladin la suivit sans se poser de questions, comprenant sans doute que cette belle inconnue était bel et bien son âme soeur. La présence du prêtre indique-t-il que nos deux tourtereaux sont partis célébrer leur union en secret?

Nous n'en saurons malheureusement pas davantage, bien que certaines rumeurs affirment qu'ils auraient jeté leur dévolu sur les Falaises d'Edesse et ses somptueuses plages remplies de mignons petits crabes pour passer leur lune de miel....Affaire à suivre!

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

Une rumeur infondée et diffamatoire? En voilà peut-être une !

(Posté le 19/06/2007 à 13:39)
Les gardes de la ville seraient de simples mercenaires, au vu du travail qu'ils remplissent.
Ainsi, lors de l'arrivée de voyageurs aux portes de Valmarchand, ces derniers sont accueillis par des armes pointées en leur direction! A croire que les cerbères prennent un malin plaisir à ne pas informer les nouveaux arrivants des formalités dont ils doivent s'acquitter lors de leur entrée à Valmarchand ...
Ainsi, ces derniers jours, un malheureus aventurier ignorant les règles s'est presque fait écharper en essayant de passer les portes, il lui a donc fallu parlemeneter et argumenter pour s'excuser ! C'est pire que dans un tribunal !

Quelle liberté pour les citoyens arrivant dans notre belle cité!! Autant les faire passer par un séjour direct au cachot avant de les accueillir !

Citoyens de Valmarchand! Unissez-vous pour que notre cité soit reconnue comme la plus accueillante, et non pas comme la plus hermétique aux étrangers !!

La voix du peuple.

La bière frelaté

(Posté le 19/06/2007 à 13:38)
On a appris dernièrement qu'un certain nombre de tonneaux de bières, une fois mit en perce, ont dégagés une odeur des plus désagréable et la couleur au lieu d'être ambrée ressemblait plus à une eau croupissante.
Le syndicat des taverniers indépendants commence à être vraiment inquiet.... La fréquentation de leur taverne commence à baisser et des bagarres fréquentes éclatent car les clients sont fort mécontent... Il commence à se dire que derrière ce problème se cache une guerre larvée pour prendre le contrôle de toute une économie parallèle...

Affaire à suivre ...

Ralnelduil votre dévoué informateur (et colporteur de vérité)

Promotion sur les voyages cosmiques en flacons !

(Posté le 19/06/2007 à 13:36)
Vous rêvez de voyager dans des contrées inconnues sans quitter votre lit douillet, et mieux, sans dormir ?? Vous rêvez de transporter votre corps sur une terre fertile, sous un ciel éternellement bleu, près d'une rivière aux mille charmes, sans lever votre postérieur d'un mauvais matelas d'auberge ?? C'est facile, avec les nouveaux Flacons de Transports Sidéraux au Pays des Marionnettes Fantasmatiques ! Pour la modique somme de 155 rutilants* il vous suffira de boire une gorgée de cet épatant breuvage magique. Vous serez alors transporté sans armes ni armures dans un pays de rêve. Témoignage de notre fidèle Mithrough, humble assistant : "J'étais tranquillement en train de dormir, et je me suis retrouvé ici. C'est assez bizarre, même si l'endroit est assez accueillant. C'est grâce à Monseigneur le docteur Fribule Galiclapp que j'ai pu rencontrer La Chatière, L'Aigri, et le Béant. Ce sont trois clowns formidables qui m'ont beaucoup fait rire. Vite, un autre flacon que je puisse repartir dans ce monde enchanté !". Le deuxième cobaye, un certain Syd, témoigne de la même allégresse : "D'habitude je dois me saouler toute la nuit pour obtenir un tel résultat ! Un monde merveilleux de quiétude, de soleil et de fleurs à portée de goulot !! J'ai déjà prévu avec mes amis L'Aigri, Le Béant et Mithdrough un tournoi de ricochet. Qui hésiterait à se joindre à cela pour seulement 155 rutilants* ??". Le Docteur en Alchimie Fribule Galiclapp est plébiscité et mille fois remercié par ses deux cobayes. Mais pour Monseigneur Celeb, haut prêtre de Fharlanghn, le monde décrit par l'alchimiste n'est répertorié sur aucune carte extraplanaire. Il invite à la vigilance et la prudence. De son côté la Garnison promet de radier de ses rangs la nouvelle recrue Mithdrough : "un soldat ne peut à la fois travailler comme testeur de potions, c'est interdit par le règlement. La désertion de poste est également passible de cinq mois de cachots" rappelle inflexiblement le Capitaine Gretz. Le halfelin a peut-être tout intérêt à rester au Pays des Marionnettes Fantasmatiques ...

Fribouli Gloupigloupp.

*Hors frais de transport, de passage des Portes, de corruption, de stockage et taxes légales (article 15-89A du Code Marchand sur les Produits Comestibles Frauduleux).

Du rififi chez les gardes...

(Posté le 19/06/2007 à 13:35)
Hier soir des troubles seraient survenus dans le corps de garde des portes de la ville. De notre envoyé spécial Jeuan de Laphontène.

Un hobbit qui "s'ennuyait" dans le dortoir des portes de la ville (passage obligé quand on arrive en ville de nuit) a voulu "s'occuper" en visitant le sac d'un demi-orc qui dormait non loin. Malheureusement celui-ci s'est réveillé et a voulu lui faire la peau avec un couteau qu'il avait réussi à introduire dans le dortoir à l'insu des gardes.
Mais avant qu'il fasse son œuvre, un prêtre est intervenu, a défendu le hobbit au risque de sa vie, a appelé les gardes et les a aidés à neutraliser le forcené.
Un des gardes présent lors de l'incident nous raconte : "L'demi-orc d'vait bien faire sept pieds de haut. L'curton l'a r'gardé en lui disant de tomber. Vous m'croirez jamais, mais l'demi-orc s'est couché à nos pieds, on a juste eu à l'ramasser. Moi j'dis, les prêtres de Pélor c'est efficace"

Le demi-orc a été emmené pour interrogatoire, quant-au hobbit et au prêtre, on ne sait pas ce qu'ils sont devenus.

Zarié Misnor.

Un voleur d’enfant en cavale !

(Posté le 11/05/2007 à 21:13)
Le tout quartier des docks est en émoi depuis qu’un jeune brigand a jailli des profondeurs des égouts, détenant deux enfants visiblement en très mauvaise santé. Un paladin du Cœur Radieux, tout couvert de vase, de fange et de sang, confie à sa sortie des galeries nauséabondes : « un voleur d’enfant, qui en retenait prisonnier une dizaine là, dans les ordures. Heureusement que nous sommes intervenus. » Toutefois il apparaît que le kidnappeur en série est toujours en fuite, gardant deux innocents captifs. La rançon exigée pourrait se monter à plus de six cent rutilants, d’après des sources interrogées par les services du Cœur radieux. « Une pacotille vraiment pour le Cœur Radieux, qui est la plus riche institution de la ville, ou pour n’importe quel temple. Nous sommes vraiment en présence d’un débutant » affirme en souriant un haut responsable de la garnison. Le Baron de Joergencastel, qui fut lui-même odieusement kidnappé dans son enfance, et remis à ses parents contre rançon « vivant, mais diminué », fait entièrement « confiance aux vertus de la chasse à l’homme pour retrouver ce malfrat, désormais débusqué. »
Le Conseil Marchand estime que l’action des paladins dans les égouts va faire diminuer le cours de la rançon d’environ seize points. Les enlèvements de personnes devraient donc rapporter moins cette année. Pas d’inquiétude pour Hubus GrandJean, éminent négociant : « Les investisseurs vont se reporter sur des valeurs refuge, plus traditionnelles, comme le chantage ou le racket. La noblesse sera donc toujours autant mise à contribution, ce qui ne devrait pas perturber les marchés de l’ombre. » Voilà qui devrait rassurer notre Baron et le voleur d’enfant en cavale !

Le Chat-Poisson.

Les reportages exceptionnels d'Alvicius Méagal

(Posté le 11/05/2007 à 21:13)
Sujet du jour: Quoi de neuf aux portes de Valmarchand?

Une fois n'est pas coutume, la Gazette de Lidas est allée enquêter pour vous, chers lecteurs, non pas à l'intérieur de Valmarchand, mais aux portes même de la ville.

Qui ne s'est jamais amusé à observer avec curiosité l'arrivée de nouveaux voyageurs? Sûrement pas les gardes postés à l'extérieur de la ville, qui ont le privilège de faire sans cesse de nouvelles rencontres. Marchands ambulants, nobles en voyage d'affaires ou simples roturiers venus rendre visite à des proches....

Mais qu'en est-il des aventuriers? Sont-ils toujours aussi nombreux à venir tenter leur chance dans note belle cité? Nemlior, garde plutôt bavard et affecté depuis cinq ans aux portes de Valmarchand, nous répond: « Bah, les aventuriers, vous savez, j'en ai vu arriver dans ma carrière! Et je peux vous assurer qu'ils sont toujours aussi nombreux à se présenter ici. Après pour ce qui est du prestige, ça c'est une autre histoire...Entre les magiciens du style « je préfère lancer une boule de feu plutôt que réfléchir » et les types louches encapuchonnés, j'peux vous dire que j'me fais du souci parfois pour l'avenir de Valmarchand. Mais y a des exceptions heureusement. Tenez, pas plus tard qu'y a....mince c'était quand déjà? Enfin toujours est-il qu'un Nain d'au moins 1m40, de haut comme de large, un vrai colosse vous dis-je, la hache brillante et la barbe soyeuse, m'accoste et m'invite à venir le rejoindre après mon service prendre une bière. Bon, dommage que je ne bois jamais(dit-il en tentant de dissimuler tant bien que mal un flacon de rhum sous son armure)....mais c'est le genre de personnes sympathiques qui me font aimer ce métier. Umbraïn, qu'il s'appelait, fils de Balur Patte de Fouine ou quequ'chose dans le genre. Il m'a même dit avoir exterminé des géants! A lui tout seul! Vous imaginez? Il a de l'avenir ce petit gars, et j'ai le flair pour ça, croyez-moi! »

Alvicius Méagal, votre dévoué serviteur.

Un héros inconnu

(Posté le 11/05/2007 à 21:12)
Un individu, plutôt jeune se taille une réputation de bon samaritain dans les bas quartiers. Au péril de sa vie, il aurait sauvé deux enfants, dont l’un grièvement handicapé. On l’a vu de source sure transportant les deux malheureux sur son dos, jusque chez une guérisseuse connue.

Certainement s’agit t’il de l’un des écuyers des paladins qui assainissent en ce moment même nos égouts, car qui a part un paladin pourrait faire preuve d’autant d’abnégation et de charité ? Nos demandes de renseignements concernant l’identité de cet individu auprès du chœur radieux n’ont pas aboutis, mais l’on nous assure que les opérations dans les égouts sont un immense succès : l’opération ratissage bat son plein, et le héros sera dûment récompensé par l’ordre ainsi qu’il le mérite.

L’éclair de l’injustice

Rififi dans les égouts (suite)

(Posté le 11/05/2007 à 21:11)
Vous vous rappelez que dans un article précédent, je vous avais fait part que des violents combats ont opposé les paladins du coeur radieux et des inconnus. Notre même source nous informe que les renforts envoyés sont revenus bredouilles et qu'un des paladins aurait laché de dépit:

"Tout ça pour rien, des morts pour nous et eux ils sont libres et maintenant ils ont réussi très certainement à être dans la cité.De quel mal avons nous été témoins."

Une chose est sure c'est que les rues de notre belle cité sont maintenant de moins en moins sures car des individus capables de s'échapper des mains de nos glorieux paladins sont obligatoirement des personnes très dangereuses.

Posons nous aussi la question:

Mais que font les autorités pour arrêter ces dangereux individus qui sement la terreur et à quoi servent nos impôts?

Ralnéduil votre dévoué informateur

La Maison de la Sobriété...

(Posté le 11/05/2007 à 21:10)
... ou voici le nouveau nom qui devrait porter prochainement la Maison de l'aventurier. La raison est simple, l'accroissement récent du nombre de clients désireux de "consommer sobre". Et oui ils sont de plus en plus nombreux, femmes, hommes de toutes races sont touchés par ce phénomène inexplicable. Nous avons tenté d'en savoir plus en interrogeant Maurias l'aubergiste de l'établissement.
"J'en sais rien, boudiou! Au début j'ai cru à une farce, mais la Journée de la Blague des bardes est terminée maintenant, non?"
Trsitoff un habitué du coin a tenu à exprimer son avis :
"Burp! Ke...Koi... pas d'alcool?..HIP! Mé fo être fou ma parole! Cé de l'intox tou ça! J'vous le dis moi...euh...Gourps!... pardon mais je dois y all...Beuruurk!"
Alors qu'en est-il de ces événements troublants, intox ou mutation des moeurs? Une chose est certaine les Valiens sont de plus en plus nombreux à renier la bonne vieille bière pour se jeter à corps perdu dans les jus de fruit!!!

De notre correspondant C.B.

La Garnison veille !

(Posté le 20/03/2007 à 20:01)
Nous apprenons de source proche du dossier que la garde de Valmarchand vient d'arrêter un dangereux escroc. Le gnome, se faisant passer pour un alchimiste sur la place du marché, vendait des potions censées réaliser les souhaits de celui qui la boit.
L'analyse des dites potions est en cours, visant à déterminer si elles représentent un danger potentiel pour nos concitoyens escroqués. Notre informateur (qui souhaite garder l'anonymat) nie formellement que le gnome aurait été livré par son complice (malgré les dires de sources officieuses fiables), prétendant avoir lui-même capturé le sorcier. (Juste avant de s'engager dans la garde, précise t-il).

Citoyens, la Garde veille sur vous !

Nevine.

Portrait du mois : Udrugor Uderas, apôtre de la foi multiple

(Posté le 20/03/2007 à 19:59)
Udrugor Uderas n’est pas seulement prêtre dévoué d’Héronéus, il est aussi éminent théologien, pratiquement révolutionnaire. Quand nous le rencontrons, à son retour d’une expédition à l’ouest de Frégui, son sourire est aussi radieux que son Ordre. Il exhibe fièrement un ouvrage poussiéreux intitulé « La traîtrise en religion : un acte de foi » et nous confie sans ambages ce discours qu’il professe depuis des années au sein du clergé d’Héronéus : « Ceux qui embrassent une seule foi manquent cruellement d’ouverture d’esprit : pour bien cerner sa foi il faut comprendre toutes les autres, et en particuliers les plus extrêmes. Contrairement à mes confrères, je n’ai pas peur de dire haut et fort que oui, il faut un va-et-vient permanent entre le culte de la Bravoure et ceux de la Fourberie, de la Cruauté et du Mensonge par exemple. » Pour lui il est évident que les plus hauts dignitaires du clergé de l’Invincible ont été plusieurs fois tentés par le Mal : « ce qui est le gage de l’ultime Bravoure, l’aboutissement d’un parcours d’ouverture comme le dit si bien Duandar Vecna, auteur de ce traité « La traîtrise en religion : un acte de foi », destiné essentiellement à un public héronéussien. Une jeune femme druide appartenant à la branche la plus obscure de l’Ordre des Quatre Saisons me disait il y a peu : Montrez-moi que j’ai eu tort et rentrons au cœur radieux ensemble. C’était pour mon cœur pieux une grande victoire. Jamais je n’oublierai ses paroles chargées de sens. Voilà comment je conçois ma mission auprès d’Héronéus ». Udrugor Uderas : un homme qui met en action ses convictions !

L.L

Rififi dans les égouts

(Posté le 20/03/2007 à 19:59)
On apprend, de source sure, que des combats violents ont eu lieu dans les égouts de notre belle cité. Nos glorieux paladins, de l'ordre du coeur radieux, sont descendu pour faire un brin de ménage contre la vermine et par l'occasion inspecter les différents réseaux.
Ils ont tués courageusement des rats au péril de leur vie. Notre informateur nous signale aussi qu'un accrochage des plus violent entre un groupe de paladins et des inconnus à tourné au drame. Plusieurs paladins y ont laissés la vie. Les inconnus ont réussi à s'enfuir. Des renforts ont été dépêchés pour tenter de retrouver les meurtriers.
Affaire à suivre...

Ralnéduil.

A bas la tyrannie des paladins

(Posté le 20/03/2007 à 19:58)
Stupeur !!! On rapporte que les prières de soin d’un paladin sur un repris de justice n’ont pas fonctionnées.
Seules certaines personnes seraient elles dignes de recevoir les soins des paladins ? Est t’il acceptable que le chœur radieux pratique le tri des gens qui peuvent recevoir des soins et ceux … que l’on peut laisser mourir. Quelles que soient les fautes commises par une personne, ne mérite t’elle pas d’être soignée ? Ne serais ce que par respect de la VIE ? Mais il semble que l’ordre ait peu de respect pour la vie d’autrui, a commencer par celle de ses propres membres qu’elle envoie a la mort face a des créatures supérieures en nombre et en force. Et si cet ordre militaire est prêt ainsi à sacrifier ses propres hommes qui sont selon leurs propres dires, « nés pour servir, nés pour mourir » que peut on attendre pour tous ceux qui ne sont pas juges « dignes ». Aujourd’hui on ne soigne plus que les personnes qui entrent dans les bons critères de l’ordre, et demain ? Parquera t’on tout ceux qui ne sont pas épris de la « justice » et de la « bonté » d’Heroneus dans des geôles ?

Je dis NON à l’extrémisme du Chœur Radieux. Vive la liberte, vive la VIE. A bas la tyrannies des paladins.

Signé : l’Eclair de la Justice

Transmutation suspecte à Fregui !!!

(Posté le 25/01/2007 à 23:18)
De notre correspondant C.B.

Des faits des plus étranges se sont manifestés la nuit dernière dans la petite bourgade de campagne. Outre les attaques répétés des gobelours et d'un dragon chaque nuit, les villageois ont été profondément choqué par l'événement profane : en pleine nuit, la jeune prêtresse gnome Flagada Pathatoz aurait été transformée en un beau et ténébreux elfe des bois de sexe masculin!!! C'est Gruth Céleste l'amie d'enfance de la prêtresse qui fut la première sur les lieux à constater la chose. A en croire le Maire son village serait victime d'une malédiction. Les Gardiens du Savoir Occulte sont sur les lieux depuis ce matin.

Provocation et Indignation : acte de vandalisme sur la Place de la Fontaine !

(Posté le 25/01/2007 à 23:13)
Dans le courant de la journée, alors que le soleil irriguait de ses rayons la place de la fontaine, que les passants flânaient à l'ombre des ficus, un esclandre est venu perturber cette harmonie précaire. Voici les faits : Autour des panneaux d'affichage se massait une foule cosmopolite - composée de curieux en tout genre, de travailleurs en quête de boulot, de mercenaires en quête de prime facile, d'aventuriers plus ou moins crapuleux ou encore de gens égarés dont la présence relève ici du simple hasard - un échantillon du beau monde en perspective.
Gustavo Asus, responsable honorable dont la respectabilité n'est plus à prouver, était comme à son habitude en train de veiller à la bonne tenue des "consultations". Soudainement une jeune personne du beau sexe, accoutrée à la manière d'un aventurier, s'est frayée un chemin à travers cet agglomérat patibulaire. Après avoir ainsi fendu l'attroupement et avant que quiconque n'ait pu réagir, cette jeune femme s'est littéralement jeté sur le pauvre Gustavo.

Je le cite : "Avant même d'avoir pu bouger le petit doigt, cette furie s'en est pris violemment à ma personne ! Enfin, elle a mis en lambeaux une annonce privée qui ne lui avait manifestement rien fait. Je me souviens seulement qu'il était question d'une recherche d'informations au sujet d'une personne disparue. À l'inverse, je me rappelle parfaitement de son dépositaire : un brave adolescent, très gentil, malheureusement peu fortuné, qui semblait beaucoup tenir à son affiche, car il m'a donné tout son pécule pour pouvoir la déposer."

Fortement commotioné, Monsieur Asus ne semble pas en état de reprendre son activité pour le moment.
Face à de tels agissements, nous ne pouvons que nous indigner et demander à ce que justice soit rendue : un tel acte ne peut rester impuni !

Calisse.

Invocations dangereuses ...

(Posté le 25/01/2007 à 23:07)
Depuis quelques temps, les temples de Valmarchands s'adonnent à des activités on ne peut plus dangereuses ... Un certain groupe de prêtres de B. aurait sorti des lymbes outreplanaires un démon destructeur et vicieux. Monseigneur Magicus, haut responsable, se veut rassurant : "Les cinquantes personnes venues assister à l'invocation, et les vingt qui ont perdu la vie, avaient été prévenues des dangers encourus. C'était un beau spectacle, et un beau démon. Il fallait payer le prix cela se conçoit." Les autorités du Temple de F. elles, se montrent moins apaisantes. Dans leur temple aussi, une entité démoniaque est apparue et a fait du dégat. "Je ne comprends pas, déplore Monseigneur Celeb, j'avais pourtant demandé à un vaillant paladin du Coeur Radieux, et à un honnête Prêtre de Vecna sous couvert d'anonymat, de garder la maison ! On ne peut plus faire confiance à personne, c'est vraiment dommage." Il va de soit que l'ensemble des cultes de Valmarchand a mis en garde leurs confrères de l'Horizon et de la Magie contre de telles pratiques illégales.

L.L.

Rififi : quelle belle journée !

(Posté le 25/01/2007 à 23:03)
En direct des portes de la ville...
Plusieurs individus en arme auraient tenté de s'en prendre à la garde. Fort heureusement, notre garnison entraîne durement nos fiers soldats. En effet, ces derniers n'ont pas hésité une seconde à charger héroïquement ces adversaires supérieurs en nombre, parvenant à les mettre en déroute sans trop de dégâts.

Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles,
La garde valienne veille sur votre sommeil.
(Ceci était une missive subliminale de la Garnison)

Des sources officieuses ont évoqué un guerrier assoiffé de sang, un brouillard mystérieux visible depuis Frégui ou encore une drôle de statue venue de nulle part. Rien de très crédible somme toute. L'enquête élucidera prochainement ces quelques points, apparemment infondés.

De votre envoyé spécial, votre serviteur, journaliste officiel à la Garnison, Tom Aoc.

Scandale aux portes !

(Posté le 25/01/2007 à 23:02)
Nous l'apprenons à l'instant, un marchand de vêtements et de bijoux se dit outragé par le traitement qu'il aurait subi à son entrée dans notre cité. "Que l'on me fasse passer après elfe, je comprends. Mais, après un demi-elfe ! Là, c'est trop ! En plus, il est arrivé après moi. Ce garde fait du zèle !"
Voici donc une partie des ses propos. Le garde incriminé, quant à lui, soutient qu'il ne fait que son travail : "Ce marchand était hautain, et mal poli. Je n'ai fait que lui faire remplir les déclarations nécessaires à l'entrée de ses marchandises dans notre cité."
D'après une de nos sources, une enquête de l'Ordre devrait débuter.
Affaire à suivre ?!

Larel Paf.

Agression de la garde !

(Posté le 08/01/2007 à 22:09)
C'est avec une grande colère que le capitaine des portes de la ville de Valmarchand annonce avoir été victime d'une agression dans les rues de la cité à quelques rues de la garnison!
En effet alors qu'il s’y rendait afin d'y emmener deux fauteurs de troubles, un roublard peu chanceux et un elfe s'étant fait ravir sa bourse, le capitaine, accompagné de deux gardes, a eut la désagréable surprise de se faire menacer par des tireurs embusqués sur les toits.
Heureusement plus de peur que de mal: "N'écoutant que ma bravoure, moi et mes fidèles compagnons débusquèrent ces mécréants et les corrigèrent de la bonne façon! Ils croupissent maintenant au fond des geôles, que les citoyens dorment tranquille, la garde sera toujours là!" rapporte t'il tout en frottant l'imposante bosse bleu qui se dresse sur son front et en donnant un coup de pied discret mais violent dans le genou d’un garde amoché ayant ouvert la bouche.
Néanmoins les deux déviants ont profités de cette occasion pour s’enfuir mais la garde reste confiante. "Ils ne pourront aller bien loin. ".
Le capitaine n’a pas voulut nous en dire plus prétextant un rapport important à rédiger, les raisons de cette agression restent inconnues, quand aux agresseurs la guilde des voleurs reste pour le moment la principale suspecte.

Du grabuge à la taverne de l'Ogre amoureux

(Posté le 03/01/2007 à 22:00)
Hier après-midi, les clients pouvaient se rendre compte avec stupeur que le mur de l'auberge était bariolé de rose et de jaune canari d'un fort mauvais goût. Le gérant ne cache pas sa colère : "c'est encore un coup du cercle des Bardes ! Mais que fait la justice !" En effet tous les regards sont tournés vers la garnison qui refuse de prendre en charge cette affaire. Selon Marie Aiglefin : "Les soldats ne sont pas chargés de faire respecter la couleur des murs. Aussi je n'ai rien à déclarer." Les mauvaises langues sont unanimes : c'est une preuve que la Garnison est une fois de plus payée pour fermer les yeux.

Les Basses Tours se réveillent

(Posté le 03/01/2007 à 21:59)
Josan, un vieil ettercap habitant le puits des basses tours, dans le Gérousien, a reçu une désagréable visite : trois inconnus se sont aventurés dans son boyau privé, arrachant toutes ses toiles et faisant un boucan du tonnerre. Le vieil homme araignée, qui n'avait rien demandé au ciel, dénonce les coupables : "Un folle, et sans doute son petit ami insolent, avec un Nain ivre, ont déboulé dans mes toiles, sans même se faire annoncer !! ..." Josan ne décolère pas, mais Grougnak, chef de la glorieuse Bande de Kobolds, se frotte les mains : "Si ces trois ont pu entrer, ils vont bien sortir, et je vous garantis un comité d'accueil musclé ! Par mes canines de crocodile !". Quant au fantôme de la défunte Reine Naine Vaba, tout ceci la laisse de marbre. La souveraine s'est depuis longtemps résignée à ce que son royaume soit envahi par des créatures de toutes sortes. "Même les araignées n'ont plus peur de moi … tout le monde fait comme si je n'existais pas" confie-t-elle entre deux soupires vaporeux. Une chose est sûre : avec une bardesse célébrissime et un rôdeur aux accents héroïques en leur sein, les Basses-Tours vont se réveiller !

Un nouveau paladin au Coeur radieux

(Posté le 03/01/2007 à 21:58)
Le Commandeur de la Lumière Parfait Flamme d'Or ne cesse de se réjouir : le nombre de nouvelles recrues est en augmentation constante cette année, même pendant les périodes de fête. Nouveau venu, Elorgan, jeune paladin sans gloire ni renom, vient de prêter son premier serment : "Quelle émotion ! Ca y'est, je suis paladin pour de vrai !". L'Ordre Radieux a la cote : les jeunes gens se pressent au portillon de l'Eclair d'Argent pour offrir leur vie à leur idéal. La sélection interne pour faire partie de l'élite des paladins est sévère, Elorgan garde donc la tête froide et se prépare une longue vie d'obéissance aveugle : "Je servais Héronéus dans ma ville natale. Il m'a ordonné de partir sur les routes. J'accomplis donc la volonté de notre Dieu. Je servirai Héronéus corps et âme jusqu'à la mort."

Baiser volé! (dans le cimetière!!!)

(Posté le 03/01/2007 à 03:19)
Scandale au cimetière, deux notables de Valmarchand auraient été surpris en plein ébat au milieu des tombes des défunts! Les rumeurs vont bonne charrette quant à connaître les identités des deux grands personnages. Certaines sources mettraient en cause le dirigeant du C.R. dont les prouesses corporelles ne sont plus à prouver. Le fossoyeur aurait aperçu des soldats de l'O.R. devant les grilles du site funéraire au même moment.
L'O.R. a fortement démenti les faits, explicitant qu'aucune opération du Coeur n'était menée en ces lieux à cette heure.
Actuellement, nul ne connait l'identité du "conjoint" mais les recherches continuent...

Votre envoyé spécial C.B.